Face à cette question concernant la construction d’un court de squash, on a généralement tendance à penser : eh bien, ce n’est, en fait, qu’une boîte avec ou sans un mur arrière vitré, de 9,75 mètres de long et 6,4 mètres de large. Or, il ne faut pas se fier aux apparences, et un grand nombre de facteurs doivent être pris en considération pour construire une telle « boîte ».
La structure et tous les composants des murs d’un court de squash doivent être à même de résister à toutes les sollicitations auxquelles ils peuvent être exposés pendant un jeu normal, et ne doivent subir aucun dommage – permanent ou temporaire – à la suite des impacts de balles ou de raquettes.
En cas de murs transparents, ceux-ci doivent être construits en matériaux de sécurité. Il est recommandé de situer la porte d’accès au centre du mur arrière ; dans tous les cas, elle doit se trouver dans le tiers central du mur, et doit s’ouvrir vers l’intérieur du court.

Commençons par la surface de jeu.

Il y a plusieurs types de surfaces pour jouer au squash : bois, béton, plâtre, ou même des panneaux en caoutchouc ou de verre dans certains cas. Sur l’ensemble de la surface de jeu, les murs du court doivent être de nature homogène ; toutefois, cette règle ne s’applique pas aux murs attenants. Les couleurs peuvent différer, même si le blanc reste dominant.

Quelle différence donc entre les différents systèmes constructifs pour les courts de squash ?

La caractéristique la plus importante de tout court de squash dans le monde est son rebond. Un joueur de squash veut un rebond précis, et qui doit respecter une loi de physique simple : l’angle d’impact sur le mur doit être égal à l’angle de rebond de celui-ci. Il est extrêmement fâcheux et décourageant pour un joueur de squash si, après avoir joué une balle, il ou elle ne voit pas celle-ci revenir comme prévu. Ce « mauvais rebond » est en général dû à un des deux facteurs suivants (pour le moment, on fait abstention d’éventuelles compétences limitées des joueurs) :

1) fissures ou autres obstacles qui font que la surface de jeu est rugueuse ; les courts avec des enduits de plâtre qui se fissurent, ou même des morceaux de l’enduit s’en détachent, ce qui cause un rebond irrégulier de la balle, en sont l’exemple classique ;

2) orifices et jonctions ; les courts en panneaux, et où le mur frontal est composé de plusieurs panneaux installés sur une ossature en sont l’exemple classique ; cette structure a pour effet non seulement une différence sonore, et qui peut être jugée acceptable dans une certaine mesure, même si certains peuvent la trouver agaçante ; mais surtout, elle cause des différences de rebond, comme le panneau est plus rigide au niveau des poutres de l’ossature, et plus souple au milieu où il n’est pas supporté.

Quelle est donc la solution aux deux problèmes, et comment assurer un rebond uniforme ?

En simplifiant, on peut dire que la solution consiste en un dispositif sans jonctions visibles, avec une surface plane non encline à se fissurer ou se casser. ASB utilise des revêtements spéciaux et des grands panneaux de bois spécialement traités sur toute la longueur des courts. Ceci garantit que le rebond de la balle reste toujours le même et respecte les lois de la physique sans aucune déviation inopinée, pour un jeu de squash fluide et agréable, et où la compétence technique et des coups francs paient.

Et le plancher ?

Des milliers de joueurs avec 20 ans ou plus de squash derrière eux se plaignent de problèmes similaires : mal aux genoux, hanches et chevilles, du fait d’avoir joué au squash sur des planchers de bois massif qui étaient considérés comme un standard, et restent, dans une certaine mesure, le standard dans de nombreux pays. Prenant en considération ces aspects médicaux, ASB a pris une direction différente, en utilisant un plancher spécialement conçu qui est plus souple, tout en offrant les caractéristiques attendues par les joueurs : l’absorption des coups, un rebond franc et homogène de la balle, et surtout, une bonne stabilité.

Quelles sont les dimensions d’un court de squash ?

Les dimensions d’un court en simple mesurées à un mètre au-dessus du plancher fini, sont les suivantes :

Longueur intérieure : 9750 mm +- 10 mm
Largeur intérieure : 6400 mm +- 10 mm
Hauteur minimale libre au-dessus du plancher : 5640 mm
Diagonales intérieures : 11 665 mm +- 25 mm

Pour construire un court de squash, il faut ériger quatre murs de jeu solides (un mur frontal, deux murs latéraux, un mur arrière). Tous les murs du court utilisés pour le jeu doivent présenter une surface rigide et lisse.

Comme les dimensions ci-dessus sont définies par les règles de la Fédération internationale de squash (WSF), l’espace nécessaire pour construire un court de squash est déterminé par ces règles.

Quels matériaux sont-ils utilisés pour construire les courts de squash ?

Il y a quatre matériaux principaux utilisés pour construire les quatre murs d’un court de squash :

– murs en panneaux haute densité remplis de sable
– murs en panneaux préfabriqués
– murs munis d’enduit
– murs vitrés

Les équipements de tout court de squash sont complétés par le plancher, les luminaires, ainsi que la ventilation/le chauffage si nécessaire.